The Body and its Envelopes

This article explains how packing as a cure affects the subject and her body in a special therapeutic way. The encounter with a young psychotic woman and her suffering, written all over her body, led us to initiate this treatment which takes the body as a privileged route of access for therapy. Packing as a cure is an attempt to create a corporeal development with the aim of reconstructing a psychic envelope and as such providing access to a history that is singular. We will demonstrate how this cure is a process of permanent dialogue with the collective. Using clinical material we will illustrate how the platform of packing and theatre gives this woman the opportunity to become the author of her own personal story.

On mange tous dans la même gamelle

Le quotidien, ce condensé d’espaces et de temps dans lequel je suis amené à faire, seul ou avec d’autres, implique une analyse permanente de l’institution qui organise le lieu dans lequel “ça se passe”. Pour qu’il soit un support favorisant l’émergence de ce qui est autre à soi-même, il doit pouvoir être aseptisé des idéologies colportées par les instances politiques et économiques qui financent le fonctionnement de ce lieu et des bonnes intentions que chacun de ceux qui y travaillent ont à l’endroit de celui dont ils sont censés “prendre soin”. Plus encore, Hector me pousse au pied du mur: comment faire lorsque la parole semble être le moyen pour parvenir à maintenir l’homogénéité d’un monde exclusivement assujetti au besoin et à sa satisfaction, lorsqu’elle constitue le ciment qui bouche les brèches, les “ouverts” de ce monde “incestuel”, lorsqu’elle devient l’arme redoutable grâce à laquelle l’altérité est refusée. S’il est possible de considérer le langage comme une institution, l’analyse que Marx développe au sujet du concept de fétiche et de la forme monnaie nous éclaire sur le fait qu’une langue, celle que parle l’économie “chrématistique”, réduit le langage à n’être qu’institué. Il y est alors préféré la signification sûre et univoque qu’un code délivre plutôt que la plurivocité et l’inconnu du sens des symboles qui nous sont donnés à tendre. Qu’en est-il de la fonction de la parole et de ses modes de propagation dans les divers lieux de soins? Sont-ils organisés de manière à garantir à minima la reconnaissance symbolique en jeu dans la parole? Une réflexion s’engage alors sur le statut épistémologique des concepts et théories que la littérature analytique nous offre et de la manière dont nous pouvons nous y attacher.

Transference and Constellation as Institutional Psychotherapy

Reflecting on the past seventeen years, the author describes the vicissitudes of the notions of transference and constellation in the history of La Traversière. He does so on the basis of a consideration of the history of psychoanalytical theory on the work, via transference, with psychotic patients. In this sense, his story forms a plea for the recreation and safeguarding of the conditions under which we can work with dissociated transference by means of the constellation meeting, as introduced by Tosquelles in Institutional Psychotherapy.

The Invisible Difference: On the Sisyphusean Nature of Work with the Psychotic

This article is a reflection on institutional work with psychotic people. The myth of Sisyphus serves as a metaphor for the difficulties and possibilities one encounters in this work: on the one hand, the never-ending nature of the work, the laborious progress, the alienating dynamics of the institution; and on the other, the movement, the chances to meet one another. The movement of institutional psychotherapy offers tools for constant reinvention and endurance in this work. Clinical examples illustrate how this thinking tries to realise itself in the daily practice of the institution.