Couture du quotidien: lignes de l’institutionnel

L’article essaie de toucher certains éléments présents dans le paysage institu¬tionnel du travail à la Clinique de La Borde. À partir d’une rencontre clinique et inspirés par certains concepts de Félix Guattari et Gilles Deleuze tel que l’inconscient machinique, le devenir, les agencements, nous avons esquissé quelques parallèles avec le champ insti¬tutionnel, l’existence psychotique et notre travail (donc notre subjectivité) affectés par ces deux rencontres quotidiennes: l’institutionnel et la psychose. Nous avons introduit l’importance de la notion de paradigme éthique, esthétique, politique comme boussole pour un travail qui cherche à faire émerger dans l’institutionnel des lignes de force et des lignes de fuite du désir qui favorisent la santé et qui affirment la vie.

The Odd and the Institution: A Letter to the Stranger of Camus

In a letter addressed to Meursault, the stranger in Albert Camus’ novel of the same name, we try to grasp the significance an institution can have for the human being. For instance in the novel it is clear that Meursault is content in his position of the accused. Perhaps the institution functions as a protective shield, or acquires a translating or mediating role between actuality and history, between guilt and anxiety, between the familiar and the strange.